•  

    Pas facile de saisir ce curieux lépidoptère
    Adepte pourtant du vol stationnaire
    Il se déplace à des vitesses folles
    Sphinx gazé qui trop vite s'envole
    En quête de ce délicieux nectar
    Déroulant sa longue trompe avec art.
    Il ressemble au gracieux colibri
    Papillon nocturne qui vit le jour, que ce soit dit !


    2 commentaires

  • 2 commentaires

  • 2 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

                                                Parfois, la laine, au lieu de finir en pelote
                                               Au vent de l'imaginaire,  tremblote
                                               Et bêtement accrochée à des barbelés
                                               Semble piquer notre curiosité...
                                               Deux oiseaux qui ne l'ont pas volé
                                               Se reposent de leur folle échappée...
                                               Mais, si cela vous hérisse le poil
                                               Tournez votre regard vers les étoiles !

     


    4 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

                      Sur les bords des sentiers, clignotent les discrètes pulmonaires
                      Tandis que,çà et là éclate le jaune des ficaires
                       Les ellébores tendent leurs doigts de sorcières
                       A tous ceux dont les regards traînent par terre
                       Et partout les innombrables pâquerettes
                       Etalent leurs plus jolies collerettes...
                       C'est le printemps qui repousse l'hiver
                        Au-delà de ses mornes frontières


    5 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

                                               Vous aussi, vous n'en croyez pas vos yeux
                                               Et vous demandez dans quel monde, l'on vit... Pardieu !
                                               On veut à tout prix m'empêcher de m'épancher
                                               De révéler peut-être quelque sombre secret !
                                               Mais ce n'est pas demain que je me tairai
                                               Et il faudra plus d'une main pour me bâillonner !
                                               Oui, j'ai toujours la fibre de la liberté

                                               Et rien ne pourra me réfréner !

     


    6 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

                               Elles attendent immobiles et silencieuses, ces figures du passé
                               Qu'un simple regard viennent, un instant, les ressusciter
                               Prisonnières des sombres geôles de la dure réalité
                               Qui les réduit, faute d'imaginaire, à ne point exister
                               Et pourtant, l'on se sent, dans un autre monde, emporté
                               Quand, par hasard, l'on vient à les croiser...


    6 commentaires

  • 4 commentaires
  •            

     

     

     

     

     

     

     

                A ses pieds s'agitent les flots tumultueux

                Du Gave de Pau dans son parcours sinueux

                Tours serrées montant à l'assaut des cieux

                Dessinant sur l'horizon son passé prestigieux

                Reposant à jamais dans une carapace, heureux

                Instants d'un Roi qui fit bien des envieux

                Et chevauche toujours alentour, glorieux

                Cheval blanc sous un ciel ô combien bleu

                Les jardins déroulent des fleurs le tapis précieux *

                Sous la façade éclatante qui ouvre ses yeux

                Couvant de la treille le nectar merveilleux

                Qui fera, gorgée de soleil, plus d'un heureux.

     

                       *  (poème écrit en une autre saison...)


    3 commentaires

  • 5 commentaires
  •  

     

     

     

                                            Elève appliqué(e), devant le cahier de la nouvelle année

                                            La plume levée, vous n'osez encor tracer le premier trait

                                            Sur la première page à la blancheur immaculée

                                            De peur peut-être de vous tromper

                                            Puissiez-vous parvenir à résoudre tous les problèmes

                                            Puissiez-vous réaliser tous vos plus beaux desseins

                                            Quitte à être un peu magicien..

                                            Puissiez-vous en conjuguant bien vos efforts

                                           A toutes les personnes faire un heureux sort...

                                           Puissiez-vous sans peine trouver le complément d'objet

                                           Qui fera de vous, en toute circonstance, un heureux sujet..

                                           Puissiez-vous retenir de votre propre histoire,

                                          Quelques grandes dates à mettre aussitôt en mémoire...

                                          Puissiez-vous repérer au milieu de l'océan de la vie

                                          Quelque île au délicieux goût de paradis...

                                          Puissiez-vous des choses tirer la leçon

                                          Pour progresser à votre façon...

                                          Puissiez-vous effectuer des opérations sans retenue

                                          En mettant quelquefois votre coeur à nu...

                                          Puissiez-vous savoir tirer un trait

                                          Pour que la vie garde encor son attrait...

                                         Puissiez-vous apprendre à lire entre les lignes

                                         Et découvrir de nouveaux messages, de nouveaux signes...

                                         Allez ! il est temps de commencer sans hâte

                                         Et n'oubliez pas de mettre la date !

                                         Bonne année !

     

     


    4 commentaires
  •                 

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

                                                 Bonne et heureuse Année à tous !


    votre commentaire

  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

                                            Se dressant au-dessus des mornes sépultures
                                            Elles défient le général hiver qui assaille la nature
                                           Jetant fièrement dans cet ultime combat
                                           Toute l'intensité de leur éclat
                                            Histoire de disputer aussi au clocher gris
                                            Quelque domination sur le pays...


    3 commentaires

  • 4 commentaires
  •                                     

     
                                        

                                         Noël ! ô magicien qui jette des lumières
                                         Sur tous les sapins de la terre
                                         Qui allume les regards des enfants
                                         Lorsque vient la fin de l'an,
                                         Ne pourrais-tu éteindre les incendies
                                        Où se consume la vie,
                                        Faire taire les canons,
                                        Inventer d'autres sons ?
                                        Chaque année, tu fais renaître l'espoir
                                        Lorsque arrive le grand soir
                                        Mais, flamme fragile
                                        Il s'éteint lorsque s'éteignent
                                        Les lumières de la ville.
                                        On entend alors les blessés qui geignent
                                        On voit alors les plaies qui saignent
                                        Des hommes qui se mutilent
                                        Pour des choses futiles.
                                        Tout le monde applaudit au grand miracle
                                        Mais déjà tu retournes dans les coulisses
                                       Dans la salle, c'est la débâcle
                                       Et sur les fronts qui se plissent
                                       On lit la peur du lendemain
                                       On regarde ses pauvres mains...

       


    2 commentaires
  •                 

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

                         

                          Au vent qui se déchaîne, elles ont tenu tête
                          Et dans le secret de la nuit, revêtu des habits de fête
                          Pour jeter sous le soleil leurs derniers éclats
                         Avant que ne sonne, bientôt, l'heure du trépas
                         Laissant l'arbre dans le plus grand dénuement
                         En attendant, belle espérance, le prochain printemps...

     


    5 commentaires

  • 3 commentaires

  • 1 commentaire

  • 4 commentaires
  •                                        

     

     

     

     

     

     

     

                                            Les uns près des autres, tête courbée vers le bas

                                            Sur le pré, ils avancent à petits pas

                                            Sans qu'il y ait le moindre débat

                                            Et sans faire le moindre éclat

                                            Simplement occupés par l'immédiat

                                            Dans une sorte de silence béat

                                            Loin de quelconques tracas

                                            Dans un geste qui se veut délicat

                                            Peu soucieux semble-t-il du climat

                                            Et de toute forme d'apparat

                                            Pas de quoi en faire tout un plat

                                            Faire tant soit peu les fiers-à-bras

                                            Simplement avaler son re...pas...

     


    5 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires