• 9 commentaires

  • 6 commentaires

  • 7 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

                                 Combien sommes-nous à attendre du destin, un signe
                                 Qui trop souvent ne vient pas, alors, on se résigne...
                                 Combien poursuivis, depuis longtemps , par la guigne
                                 Espèrent que la chance leur fera , enfin signe !
                                 Combien de fois se met-on à rêver qu'un heureux sort nous désigne
                                 Pour filer, peut-être, vers le bonheur en droite ligne ?
                                 Mais à nous élire la Providence, trop souvent rechigne...
                                 Pourtant, ce jour-là, sans faire le moindre geste, il est venu le cygne...


    7 commentaires

  • 7 commentaires
  •  

     

     

     

     

                             Ce jour-là, je ne cherchais pas la moindre bricole
                             Et pourtant je suis tombé sur cette babiole
                            Qui est loin d'être un quelconque colifichet
                            Difficile, apparemment, à mettre au rang des futilités
                            Quant à le considérer comme un vulgaire bibelot
                            Le support pour le ranger ne devra  pas être trop haut
                            Certains diront que , finalement, tout ça c'est de la bagatelle                                              Mais faut-il pour cela, de tous ces mots battre le rappel
                            Disons, alors, que las de toutes ces balivernes
                            De toutes ces broutilles qui vous consternent
                            Vous avez hâte de vous tourner vers l'essentiel
                            En vous interrogeant, cependant, sur ce drôle de mortel...


    5 commentaires
  •  

     

     

     

     

                                     Quel bonheur de parcourir ces petits chemins
                                     Appareil photo en bandoulière et bâton à la main !
                                     Une surprise vous attend presque à chaque virage
                                     On ne se lasse pas d'admirer le paysage
                                      Les vieilles pierres patiemment assemblées
                                     Toutes ces parcelles si bien dessinées
                                      Les arbres qui dressent, déjà,leur fière ramure
                                     Tandis que d'autres  offrent encore leurs belles parures
                                      On croise parfois quelque automobile
                                      Puis tout redevient tranquille
                                      Mais ailleurs, tout près ou plus loin, sur notre planète
                                      Combien sont, malgré eux,  pris dans la tempête !


    7 commentaires

  • 7 commentaires
  •  

     

     

     

     

                               Même si chacun a sa part d'ombre
                               En marchant sur un chemin de lumière
                               Ici bas, sur cette terre hospitalière,
                               On croit faire partie du nombre
                               De ceux qui peuvent gagner le ciel
                               En s'élevant à la force des mollets
                               Sans avoir forcément le souffle coupé
                               Dans ce magnifique cadre naturel
                               Heureux, cherchant  à aller de l'avant
                               En regardant, de temps en temps, derrière
                               Pour mesurer le chemin qu'on a pu faire
                               Espérant marcher ainsi longtemps...


    5 commentaires

  • 3 commentaires

  • 7 commentaires

  • 6 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

                              Quelques vieux piquets pour planter le décor
                             Avec du barbelé peu tendu en renfort
                             Des fougères qui se hissent à la première place
                             Devant des prés qui, au soleil, encore se prélassent
                             Et, tout au fond, sur un coteau arboré
                             Le vieux village qui s'étire sous le regard émerveillé...


    4 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires