•  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

                           Je n'avais d'yeux que pour lui
                           Ce jour, sous le soleil qui luit
                           Et lui me faisait les gros yeux
                           Posé sur une fleur, sous les cieux
                           De sa beauté, il faisait étalage
                           C'était un bonheur sans nuages...


    2 commentaires

  • 2 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

                                         Comment peut-on se retrouver ainsi sur le carreau
                                         Si près, si près, je dois le dire,  de mon museau
                                        Alors que, alentour, il y a tant de jolies fleurs
                                        Qui devraient, semble-t-il, faire son bonheur ?
                                        Reconnaissez que c'est un drôle d'oiseau
                                        Peu prompt, dirait-on, à s'envoler là-haut...
                                       Attend-il, peut-être, que je le mette au parfum
                                       Car, en matière de gibier, il joue les... importuns !


    2 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

                                  C'est vrai que j'aime bien mettre mon petit grain de sel
                                 Mais il n'y a pas de quoi en faire toute une montagne !
                                 Quoique... l'endroit pourrait sembler...un tantinet surnaturel
                                 Même si ce n'est pas, à le parcourir, la mer à boire... ni le bagne
                                 Et  si là, on le voit,  ils en font vraiment des tonnes
                                 Pourquoi faudrait-il que mon petit grain vous étonne ?

     


    4 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

                                               Là, où on voit que Jupiter a pris de la hauteur...
                                               Mais, dans l'arène, les aficionados ont à coeur
                                               Qu'il prenne le taureau par les cornes
                                               Sans pour autant dépasser les bornes...
                                               Quelques belles passes allument les regards

                                               Et beaucoup saluent son grand art...
                                               Toutefois, combien sont-ils sur les gradins
                                               A croire encor à un heureux destin ?


    2 commentaires
  •  

     

     

     

                 

     

     

     

     

    Tel le pack vert et blanc *, nous sommes toujours   prêts à affronter
    Les grosses vagues échevelées venues du fond de l'horizon

    Et malgré les rudes assauts, sans cesse renouvelés,
    Nous allons encore faire une très belle saison !
    Nous récoltons, à la faveur des marées, quelques trophées
    Qui viennent accrocher le regard des curieux

    Toujours plus nombreux à venir fouler le sable, l'été
    Enfants et plus grands, sous le soleil, si heureux !

     

    * Section paloise


    3 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires