•  

     

     

     

     

     

     

         

            Abandonnées au vent de la triste saison
            On regarde flotter ces bribes de belles toisons
            Qui font apparaître des troupeaux de brebis
            Ondulant lentement sur ces vastes prairies
            Et l'on peut, aussi, emporté par son imagination,
            S'élever, un instant, dans le ciel de la création...


    5 commentaires

  • 3 commentaires

  • 6 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

                       On la dirait échappée d'un livre pour enfants
                      Maman ours, dans les bois, se promenant
                      Tranquille et, soudain, jetée dans la lumière...
                      Si elle n'en reste pas moins auréolée de mystère
                      Pour le promeneur, s'ouvre une nouvelle page
                      De songes à compléter, avant de rentrer au village...


    5 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

               Quand on se met en campagne, parfois, l'hiver
               Offre à notre regard des oiseaux pas piqués des vers...
               S'ils peuvent sembler, au premier abord,  dénués de vie,
               Un brin d'imagination, pour qu'ils s'envolent, suffit !
               La Nature recèle tant de trésors délaissés
               Qu'un simple coup d'oeil peut mettre à notre portée...


    5 commentaires

  • 5 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

                    On croirait voir deux petites souris vertes
                    Qui se seraient senties découvertes
                    Tout en haut de ce vieux mur recouvert
                    De lierre, par un matin froid d'hiver...
                    On croirait voir deux petites souris vertes
                    Qui trembleraient comme deux feuilles vertes
                    Mais, pourquoi croirait-on tout chat
                    A moins... d'être fait comme un rat !

     

     


    3 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

                       Prises en flagrant délit de faire le mur
                       Elles restent là, immobiles, bien sûr,
                       Pourtant, le loup rôde dans le coin
                       Et même hybride, il n'en a pas moins faim !
                       Elles ne connaissent sans doute pas le triste destin
                       De la chèvre du malheureux Monsieur Seguin...
                       En attendant, ces marcheurs armés de bâton
                       Ne nous inspirent rien de bon...

     


    4 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

                           Avec le temps qui passe surgissent des êtres fantomatiques
                           Qui vous attendent au bord du chemin, silencieux et statiques...
                           Ils sont les habitants d'un monde ô combien  mystérieux
                           Qui, à grands  renforts d'imagination, se crée sous les cieux
                           Et ce qui n'était que grande feuille verte de cucurbitacée
                           Avec le temps qui passe dans un autre univers a sombré...



    4 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

                    Combien de ces emballages abandonnés en chemin
                    Sont jetés par la portière d'une bien irrespectueuse main !
                   Or, voici que l'un d'eux nous offre, par on ne sait quel hasard,
                   Sur notre monde, sur la nature, un bien triste regard
                   Il suffirait pourtant d'un bon geste
                   Pour qu'il trouve sa vraie place, ailleurs, du reste
                   Faut-il être, dans le fond, si dur de la feuille
                   Pour que respecter la nature on ne veuille ?


    2 commentaires
  • La crainte c'est de prendre une veste au printemps
    Aussi, il est temps de cirer un peu les pompes
    Et de le faire en se mettant, bien sûr, des gants

    Mais, assurément, il ne faut que l'on se trompe
    Car, aux promesses combien sont imperméables
    Et ne veulent plus toujours y laisser leur chemise...

    L'on sait, par ailleurs qu'il y a des sièges éjectables
    Et que l'on ne garantit pas, pris en écharpe, la place assise
    Pourtant, on le sait aussi, il est difficile de porter le chapeau
    Et la tentation est forte de verser dans des propos bidons
    De croire que l'on passera ainsi l'hiver au chaud

    De vouloir montrer qui porte vraiment le pantalon
    Quand la mode est, on le voit depuis peu, au gilet jaune
    Un article très prisé, semble-t-il, en cet automne...


    4 commentaires

  • 4 commentaires

  • 3 commentaires

  • 4 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

                                    Je me suis avancé au bord extrême de l'avant-scène
                                    En quête, je le concède, d'une gloire bien incertaine
                                    Car combien passent sans l'obole d'un simple regard
                                    Moi qui ai tout donné pour être une oeuvre d'art

                                    Moi qui me suis dépouillé  de mon bel habit vert
                                    Et qui affronte nu, maintenant, le terrible hiver !


    5 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

                          On savait que, dans le fond, c'était une fine mouche
                          Mais de là à réussir, sans accroc, une aussi belle touche
                          On ne sait contemplant, en passant, une si belle toile
                          Combien il nous faut, disons-le, lui décerner d'étoiles...
                          Mais si vous pensez que j'ai une araignée dans le plafond
                          Reconnaissez que c'est tout de même une image de saison...


    2 commentaires

  • 4 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

                                   

     

     

     

     

     

     

     

                                    Elle ne redescendra pas, c'est sûr, cet automne, dans la vallée
                                    Mais, emportée dans les cieux, maintenant, elle va survoler
                                    Les beaux pâturages qu'elle a, saison après saison, parcourus...
                                    Et si le randonneur ému est happé par cette vérité toute nue
                                    Il se plaît, cependant, à imaginer que, bientôt, un linceul tout blanc
                                    Viendra recouvrir, les restes encore accrochés au versant.

     


    2 commentaires

  • 3 commentaires

  • 2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires