•                

     

     

                                    

     

     

                                     Des gouttes de pluie se prélassent sur le banc
                                     Face à la presqu'île à l'horizon clignotant
                                     Devant une grande plage de silence
                                     Sous un lampadaire à la lumière intense
                                     Pas de quoi y voir rouge
                                     Surtout quand rien ne bouge
                                     Alors on s'éclipse dans la nuit
                                     Sans faire le moindre bruit...
                                    
        

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    6 commentaires

  • 3 commentaires

  • 1 commentaire

  • 4 commentaires
  •  

     

     

                                                  Quand les roseaux au bord de l'eau
                                 Se prennent pour des oiseaux
                                 Et veulent s'envoler là-haut
                                 En quête d'horizons nouveaux
                                 Les retenir point ne faut
                                 Car ils ne seront pas de trop
                                A rendre le ciel encore plus beau...

     

     

     

                                     


    5 commentaires
  •                 

     

     

     

                    

     

                     Il m'arrive, parfois, d'y voir gouttes
                     Avant la surprenante déroute
                     Regard accroché à la haie
                     Profitant de quelque délai
                     Pour sertir ces perles de pluie
                     Suspendues sur le fil  de l'ennui
                     Qui traverse le sombre horizon
                     Dans l'attente de la nouvelle saison.

                


    5 commentaires

  • 2 commentaires
  •  

     

                                           

     

     

                                            Frêle esquif bravant les assauts de l'hiver
                                            Il navigue confiant vers le continent vert
                                            Essuyant encor quelque fortes gelées
                                            Sur le sombre océan des haies
                                            Et le naufragé des couleurs au regard éperdu
                                            Guette alentour, de la nouvelle saison, la venue...
                                           

                                            

                                       


    8 commentaires

  • votre commentaire
  • Plateau du Benou...vallée d'Ossau...Pyrénées...64    

     

     

          

                                            Quel bonheur de pouvoir encore cheminer
                                            Dans un tel décor, raquettes aux pieds
                                            Et, sans crainte, d'offrir à ses yeux
                                            Un paysage qui ferait bien des envieux !
                                            Peut-on oublier que le soleil brille moins fort
                                            Pour  tous ceux qui, victimes du sort,
                                            Voient, impuissants, s'accumuler les nuages
                                            Et gronder sur leur tête l'orage ?
                                           
                                           

                                          

          
                                    


    1 commentaire
  •             

                                

      

      

                            Si joli manège caché dans une haie
                            Qui peut sembler à l'arrêt
                            Mais qui vous emportera dans les airs
                            Dans une ronde d'enfer
                            Si le moteur de l'imagination
                            N'est pas en panne d'inspiration...
                                               


    2 commentaires

  • 2 commentaires
  •                                                Piqué sur le rameau, discret plumeau rouge
                                 Ou pendentif voyant qui au moindre souffle bouge
                                 D'un même arbre, le modeste noisetier
                                 Ce sont les porteurs de fécondité
                                 Dont la liaison ô combien improbable
                                 Donnera un fruit sec et cassable.
                                 Mais on ne voit que ces pendeloques
                                Arborant leurs longues breloques
                                Dans les forêts sombres de l'hiver
                                Où rougeoie faiblement un point de lumière.


                                                          


    2 commentaires

  • 3 commentaires

  • 3 commentaires
  •                     Il est des arbres qui vivront encore dans le regard
                        De ceux qui apprécient par nature les oeuvres d'art
                        En voilà une qui s'enracine dans le paysage
                        Et nous livre un bien mystérieux visage
                        Elégante façon de célébrer l'homme-tronc
                        Au milieu de toutes ces hautes frondaisons
                        Homme qui garde encore toute sa tête
                        Dans ce monde agité de tempêtes...


    2 commentaires

  • 3 commentaires
  • Il y en a de plus en plus qui sont mis au banc
    Qui ne savent plus quoi faire de leur temps
    Mais sont-ils encore de notre temps ?
    Ils ont perdu pied depuis longtemps
    Et se raccrochent désespérément à un vieux banc
    C'est leur radeau d'infortune dans cet océan
    Ballotté souvent par les mauvais vents
    Et s'ils ont une bouteille par tous les temps
    Ils ne la jettent plus depuis longtemps
    Leur chien qui ne montre plus les dents
    Est devenu avec le temps leur fidèle confident
    Au fil du temps, ils ont fait corps avec le banc
    Ils n'attendent plus rien depuis longtemps
    De tout ce monde qu'ils croisent en passant
    Pièce de monnaie tombant dans leur dénuement
    Ils sont devenus le banc et l'arrière-ban
    Sur cette place aveuglément...



    4 commentaires

  • 2 commentaires

  • 1 commentaire