•  

     

     

     

     

     

     

     

     

                      Les deux pieds dans l'eau, songez-vous que vous  troublez mon breuvage
                     Mais, je comprends votre désir de capter la beauté de ce paysage !
                     Aussi, je ne monterai pas, comme certains, sur mes grands chevaux

                     Au risque, peut-être, que vous ne pensiez que nous sommes trop...
                     On s'exaspère si vite, dans notre époque, d'un peu tout
                     Et, en cette période estivale, des bêtes, il y en a , ici, un peu partout...

     


    2 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

                      Dans nos montagnes, il est des cabanes qui se fondent si bien dans le décor
                      Que l'on ne peut penser à ceux, qui pour les édifier, ont fait tant d'efforts
                      A ceux qui, patiemment, ont assemblé, une par une, toutes ces pierres
                      A ceux qui, par souci de nature, ont recouvert le toit de terre
                     Assurant, par la même, à ses occupants un meilleur confort
                     Tous ceux-là, pour une fois, les encenser, vous serez avec moi, d'accord !


    2 commentaires

  • 3 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

                        Combien s'arrêtent pour admirer ma belle robe
                        Et pas question qu'à leurs regards, je me dérobe !
                        En ces belles journées, j'assiste à un grand défilé

                        Et la mode est à la casquette ou au chapeau bien portés
                        Quant à leur démarche plus ou moins chaloupée
                        Elle tient au sentier plus ou moins escarpé...

     

     

     


    2 commentaires

  • 3 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

                           Je n'avais d'yeux que pour lui
                           Ce jour, sous le soleil qui luit
                           Et lui me faisait les gros yeux
                           Posé sur une fleur, sous les cieux
                           De sa beauté, il faisait étalage
                           C'était un bonheur sans nuages...


    2 commentaires

  • 2 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

                                         Comment peut-on se retrouver ainsi sur le carreau
                                         Si près, si près, je dois le dire,  de mon museau
                                        Alors que, alentour, il y a tant de jolies fleurs
                                        Qui devraient, semble-t-il, faire son bonheur ?
                                        Reconnaissez que c'est un drôle d'oiseau
                                        Peu prompt, dirait-on, à s'envoler là-haut...
                                       Attend-il, peut-être, que je le mette au parfum
                                       Car, en matière de gibier, il joue les... importuns !


    2 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

                                  C'est vrai que j'aime bien mettre mon petit grain de sel
                                 Mais il n'y a pas de quoi en faire toute une montagne !
                                 Quoique... l'endroit pourrait sembler...un tantinet surnaturel
                                 Même si ce n'est pas, à le parcourir, la mer à boire... ni le bagne
                                 Et  si là, on le voit,  ils en font vraiment des tonnes
                                 Pourquoi faudrait-il que mon petit grain vous étonne ?

     


    4 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

                                               Là, où on voit que Jupiter a pris de la hauteur...
                                               Mais, dans l'arène, les aficionados ont à coeur
                                               Qu'il prenne le taureau par les cornes
                                               Sans pour autant dépasser les bornes...
                                               Quelques belles passes allument les regards

                                               Et beaucoup saluent son grand art...
                                               Toutefois, combien sont-ils sur les gradins
                                               A croire encor à un heureux destin ?


    2 commentaires
  •  

     

     

     

                 

     

     

     

     

    Tel le pack vert et blanc *, nous sommes toujours   prêts à affronter
    Les grosses vagues échevelées venues du fond de l'horizon

    Et malgré les rudes assauts, sans cesse renouvelés,
    Nous allons encore faire une très belle saison !
    Nous récoltons, à la faveur des marées, quelques trophées
    Qui viennent accrocher le regard des curieux

    Toujours plus nombreux à venir fouler le sable, l'été
    Enfants et plus grands, sous le soleil, si heureux !

     

    * Section paloise


    3 commentaires

  • 5 commentaires
  •  

    Pas facile de saisir ce curieux lépidoptère
    Adepte pourtant du vol stationnaire
    Il se déplace à des vitesses folles
    Sphinx gazé qui trop vite s'envole
    En quête de ce délicieux nectar
    Déroulant sa longue trompe avec art.
    Il ressemble au gracieux colibri
    Papillon nocturne qui vit le jour, que ce soit dit !


    3 commentaires

  • 2 commentaires

  • 2 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

                                                Parfois, la laine, au lieu de finir en pelote
                                               Au vent de l'imaginaire,  tremblote
                                               Et bêtement accrochée à des barbelés
                                               Semble piquer notre curiosité...
                                               Deux oiseaux qui ne l'ont pas volé
                                               Se reposent de leur folle échappée...
                                               Mais, si cela vous hérisse le poil
                                               Tournez votre regard vers les étoiles !

     


    4 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

               Sur les bords des sentiers, clignotent les discrètes pulmonaires
               Tandis que,çà et là éclate le jaune des ficaires
                Les ellébores tendent leurs doigts de sorcières
                A tous ceux dont les regards traînent par terre
                Et partout les innombrables pâquerettes
                Etalent leurs plus jolies collerettes...
                C'est le printemps qui repousse l'hiver
                Au-delà de ses mornes frontières


    5 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

                                               Vous aussi, vous n'en croyez pas vos yeux
                                               Et vous demandez dans quel monde, l'on vit... Pardieu !
                                               On veut à tout prix m'empêcher de m'épancher
                                               De révéler peut-être quelque sombre secret !
                                               Mais ce n'est pas demain que je me tairai
                                               Et il faudra plus d'une main pour me bâillonner !
                                               Oui, j'ai toujours la fibre de la liberté

                                               Et rien ne pourra me réfréner !

     


    7 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

                               Elles attendent immobiles et silencieuses, ces figures du passé
                               Qu'un simple regard viennent, un instant, les ressusciter
                               Prisonnières des sombres geôles de la dure réalité
                               Qui les réduit, faute d'imaginaire, à ne point exister
                               Et pourtant, l'on se sent, dans un autre monde, emporté
                               Quand, par hasard, l'on vient à les croiser...


    6 commentaires

  • 4 commentaires