•  

     

     

     

     

     

     

                        Pendant que leurs aînés, sur les gradins, tenaient des conciliabules
                        Des jeunes beaucoup plus actifs coinçaient  allègrement la bulle
                        Encouragés, il faut le dire par deux drôles d'énergumènes
                        Qui avaient pris possession , non sans mal, de la petite scène...
                        Spectacle ô combien éclatant après un défilé haut en couleur

                        Dans les rues de la cité nayaise qui ne déguisait pas son bonheur...


    6 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

                      Il est dans nos forêts des piliers de cathédrales
                      Que l'on abat après un temps de vie respectable
                      Et l'on découvre enfouis dans leur coeur des signes
                      Que l'on ne sait déchiffrer...points à la ligne.
                      Alors, l'on se contente d'y voir comme leur image
                      Qu'ils nous renverraient, une fois disparus du paysage...


    4 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

                                     Collé à un poteau, il semble faire une drôle de tête
                                     Lèvres retenant à peine la dernière cigarette,
                                    Condamné à attendre le regard qui fait mouche
                                    Tant est faible la probabilité d'une cartouche

                                    Cet homme vert qui sans être vraiment petit
                                    Dans l'oeil d'un simple promeneur a enfin atterri...


    3 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

           Elles voulaient voler de leurs propres ailes
           Et comme les oiseaux planer haut dans le ciel
           Se détachant enfin de l'arbre qui les retenait
           Pour goûter un vent de liberté qui les agitait
           Mais ce rêve sur le fil  hélas ! s'est brisé
           Et oiseau prisonnier, elles vont demeurer...


    2 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

                 Instant de rêve à la pointe d'un piquet
                 Magie d'un matin de forte gelée
                 Quand on croit voir un cocotier
                 Sur le ciel pur se détacher...
                 Déjà le clou d'une belle journée
                 Avec un décor si bien planté !


    4 commentaires

  • 3 commentaires

  • 2 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

                    A tous ceux qui passent j'adresse un amical salut
                    Mais certains, à un appel de détresse, ont peut-être cru
                    Me voyant, ces jours-ci, prisonnier des flots
                   Tant il est, en quelques heures, tombé de l'eau !
                    Heureusement, l'on m'avait chaussé de bottes
                    Ce qui, un sens élevé de la prévoyance, dénote...




    5 commentaires

  • 4 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

                 Ce personnage est vraiment à la remorque
                 Je le dis ! Et même si d'aucuns rétorquent
                 Que le sujet n'est pas vraiment  révolutionnaire
                 Reconnaissons que c'est la rouille qui l'a tiré...d'affaire..
                 C'est sur une ridelle que s'affiche simplement

                 Ce portrait qui peut sembler d'un autre temps...
                 Sous la peinture qui, au fil des jours, s'écaille
                 Pointe une tête qui paraît échappée d'une bataille...


    5 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

                            Curieuse, cette bête qui pose en haut du mur
                            Et semble venir d'un monde bien obscur
                            Où des feuilles qui se recroquevillent
                            Passeraient presque pour des chenilles
                            Mais telle un fragile et mystérieux papillon
                            Elle s'envolera, emportée par un tourbillon


    3 commentaires

  • 3 commentaires

  • 1 commentaire

  • 2 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

                Il est, à Arros de Nay, un drôle de pélerin
               Qui poursuit inlassablement son chemin
               Longue cape sombre et grand chapeau
               Plus visible quand, du ciel, il tombe de l'eau...
               Ne vous faites pas prier pour aller le voir
               Il vous attend, en plein jour et même le soir !


    2 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

                                  Avec si peu de lettres
                                  Il peut si bien paraître
                                  Le  joli petit lac d'Er
                                  Qui ne manque pas d'air
                                  Offrant ses bouquets de fleurs
                                  A tous ceux qui ont le bonheur
                                  De venir s'asseoir à son bord
                                  Pour jouir d'un somptueux décor...


    1 commentaire

  • 4 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

             Ne dirait-on pas le chemin qui mène tout droit au ciel ?...
           Mais si, parvenu au prix de quelques efforts, là-haut,
           On n'y connaît, selon certaine croyance, le bonheur éternel
           Quelle félicité de trôner, quelques instants, sur le pic de Listo !
           S'il n'a pas la majesté de son grand frère, l'illustre Jean-Pierre
           On n'en goûte pas moins, avec grand  plaisir, son atmosphère...


    4 commentaires
  •  

     

     

     

                                              

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

                                               La montagne offre, parfois, le visage, ô combien paisible
                                               D'un géant terrassé par une envie de dormir irrépressible...
                                               Comment, en passant, ne pas remarquer son joli béret
                                                  Au sommet de sa tête, encore si bien planté
                                               Et cet oeil qui doit jeter quelques petits éclats
                                               Sans oublier le nez, tel une étrave fendant cet air-là...


    3 commentaires

  • 3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique